Manger autrement


Prendre un repas… conscient

Méditer ce n’est pas seulement s’asseoir en lotus
et fermer les yeux en prenant un air absorbé.
C’est aussi prendre le temps de manger autrement… mieux !

Petit-déjeuner, sandwich du midi ou repas du soir… et si je mangeais vraiment au lieu de laisser mon esprit partir dans les soucis dont je viens à peine de m’extraire ou dans des discussions sans réel intérêt ? Au lieu de cela, je peux choisir, une ou plusieurs fois par semaine, de goûter l’instant présent au cours d’un repas, histoire aussi de vraiment goûter la nourriture qui va avec.

Les moines nous apprennent à faire de l’acte de manger un acte sacré : en respectant la nourriture, ceux qui l’on produite et cuisinée et Dieu qui donne la vie et la croissance aux produits comme à tous les acteurs de la chaîne alimentaire.

Cette pratique est un bel outil pour se défaire du stress et éviter l’obésité par grignotage inconscient. Si vous vous prenez au jeu, votre temps de repas risque de s’allonger sans crier gare : vous allez redécouvrir le bonheur de vous alimenter, donc de déguster… et, pourquoi pas, d’en faire une véritable prière.

Lenteur et délectation au programme

1. J’éteins la télé, je mets mon portable en mode avion, je prends la décision de ne pas consulter mails et sms pendant mon repas. J’éloigne volontairement, avec fermeté si nécessaire, soucis ou commentaires qui pourraient faire le siège de mon mental. Je m’appuie sur les sensations de ma respiration pour m’assurer d’être ici et pas ailleurs.

Bref, je décide de m’offrir un véritable moment de répit. Un moment pour prendre soin de moi et de la création qui s’offre à ma dégustation.
Je laisse ma foi me rappeler la Présence de Dieu en moi et m’ouvrir à la gratitude pour ce repas.

Manger en pleine conscience pour mieux manger

2. Et puis je goûte l’instant présent qui, pour une fois, prend la forme d’un aliment à goûter par tous les bouts : couleur, forme, poids, parfum Voilà une multitude d’observations possibles avant même de porter un aliment à ma bouche.

Goûter les aliments sans se presser, manger, remercier.

3. Première bouchée. Seconde série d’observations : la texture, la température, la saveur en bouche. Est-ce salé? Sucré? Amer? Acide? Quels parfums explosent en bouche? A quelles couleurs puis-je les relier?

Manger sans se goinfrer, vivre le repas avec gratitude.

4. Je mastique len-te-ment. Que se passe-t-il? Les parfums évoluent-ils? Comment l’aliment se transforme-t-il? Je reste connecté à la Présence de Dieu, faisant de ce repas un temps de gratitude avec Lui.

Manger et accueillir ce que Dieu donne dans la vie, la nature, la cuisine.

5. J’avale ma bouchée avant de garnir à nouveau ma fourchette (eh oui, on fait ça à chaque bouchée) : quelles sont les sensations persistantes en bouche? Quelles sensations naissent dans mon œsophage, dans mon estomac?

Manger mieux pour vivre mieux, plus près de Dieu et des autres.

6. Une fois l’aliment achevé, je peux fermer les yeux un instant et goûter avec gratitude cet instant unique qui est à disposition. Si j’ai les yeux ouverts, je peux chercher du regard un bout de nature, le ciel, un arbre, d’autres humains… rester concentré sur la vie qui est en moi, à l’extérieur de moi.

Rien de plus simple. Rien de plus exigeant aussi, tant il est difficile de réellement retrouver le plaisir de manger, en évitant soigneusement distractions et empressement. Lancez-vous le défi !

Pour en savoir plus sur la façon dont manger consciemment permet de lutter contre l’obésité, lisez cet article d’Anne Jeanblanc dans Le Point du 10/05/2016.

Manger en pleine conscience c'est rencontrer Dieu

 


Cet article vous a-t-il aidé ? Souhaitez-vous y ajouter un élément ou partager votre expérience ?
N’hésitez pas à le commenter ci-dessous et à le recommander à des personnes que ce sujet pourrait intéresser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *